Complement CH50 C3 C4

Les dosages de première intention sont le CH 50, le C3 et le C4. En fonction des résultats et des renseignements cliniques on peut proposer des algorithmes décisionnels pour aider le clinicien.

  • CH 50 augmenté, C3 et C4 : retrouvé au cours d’un grand nombre de maladies inflammatoires ou infectieuses. Un complément normal peut donc être retrouvé en cas de syndrome inflammatoire masquant un déficit partiel ou inversement.
  • CH 50, C3 et C4 abaissés : hypocomplémentémie par consommation après activation de la voie classique observée au cours du LES, en particulier avec atteinte rénale, également en cas d’insuffisance hépatocellulaire, de syndrome néphrotique, plus rarement au cours de chocs septiques, de cryoglobulinémie.
  • CH50 et C4 abaissés, C3 normal : modeste consommation par la voie classique ou déficit en C2 et C4 (fréquent en cas de cryoglobulinémie). Ces résultats peuvent aussi s’observer en cas de déficit en C1 inhibiteur.
  • CH 50 et C4 normaux, C3 bas : rare déficit héréditaire en C3 associé à une fréquence anormale d’infections à pyogènes, notamment ORL et pulmonaires (pneumocoques +++). Les déficits acquis sont dus à des anomalies des mécanismes de régulation (dosage de facteur H et I, Ac anti-facteur H).
  • CH 50 indosable, C4 et C3 normaux : du à un déficit d’un des facteurs de la voie classique ou finale qui doivent être dosés. Une mesure de l’AP 50 permet de hiérarchiser ces dosages (normal => dosage de C2 et C1, abaissé => dosage des facteurs de la voie commune). Le déficit en C2 est classiquement associé à un LES actif ou à des infections bactériennes à répétition. Les déficits portant sur les protéines de la voie commune sont des facteurs de risques d’infection bactérienne (méningococcies en particulier, ce qui explique l’intérêt de l’AP 50 en cas de purpura fulminans).

LISTES DES EXAMENS SPECIALISEES

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site